Le DecaMara Trail

Incroyable mais vrai ! Une dizaine de sportives et de sportifs se sont lancé un défi de taille : courir jour et nuit les 422km (soit 10 marathons) qui longent la frontière linguistique. Leur but : symboliquement tisser des liens entre les deux grandes communautés linguistiques du pays. Ils ont décidé de profiter de cette occasion pour sensibiliser aux iniquités scolaires et soutenir Teach for Belgium ! Ainsi, grâce à leurs exploits ils ont réussi à récolter plus que les 4.220 € prévus par la campagne de crowdfunding.

Nous remercions de tout cœur toutes celles et ceux qui ont participé, chacun à leur manière, à ce défi de taille. Nous remercions tout particulièrement les sportives et sportifs qui, grâce à leurs performances, ont réussi à sensibiliser leur entourage aux iniquités scolaires et ont soutenu Teach for Belgium !

Revivez et découvrez toutes les étapes de ce défi incroyable dans l’article ci-dessous.

Le DecaMara Trail est un défi lancé par une dizaine d’adeptes de la course à pied. « DecaMara » signifie dix marathons. Le trajet de ce marathon est hautement symbolique car il longe la frontière linguistique entre la Flandre et la Wallonie. Les coureurs se relaient tous les 42,2 km et sont à chaque fois accompagnés d’au moins un cycliste et une camionnette qui les suit.

Le vendredi 18 juin à 20 heures, le DecaMara Trail est lancé à l’extrême ouest de notre beau pays. Brieuc de Terwagne, ouvre le bal et se lance pour la première étape de ce défi. Cette première étape est nommée « In Flandres Fields » en référence au poème de guerre écrit pendant la première guerre mondiale par un lieutenant-colonel canadien. Ce combattant parle dans son poème des champs à perte de vue et de coquelicots à foison. Le parcours de cette première étape se faufile à travers des routes de campagne, des monuments et des cimetières de guerre.

Au milieu de la nuit, après avoir parcouru ses 42,2 km, Brieuc passe le relais à Simon Gillain. L’étape 2 s’appelle « Le plat pays… quoique… ». Cette étape démarre à Menin et se termine au Mont-De-l’Enclus. Le début du parcours est assez plat, mais la fin est un pur calvaire. Les trois derniers kilomètres resteront gravés dans la mémoire du coureur car il passe d’une altitude de 10 à 140 mètres pour triompher enfin au sommet de cette colline.

Après environ 4 heures de course, Simon donne le relais à Aurian Durbuis au sommet du Mont-De-l’Enclus pour commencer la troisième étape nommée « Le trail du Flandrien ». Cette étape se déroule dans la région naturelle du « Pays des Collines » ou « Vlaamse Ardennen » pour nos amis flamands. Le coureur enchaîne 10 km de chemins plats en pleine campagne et ensuite 30 km dans des bois denses jusqu’à la fin de son étape.

Le samedi matin, Aurian a accompli son étape et François-Nicolas Sepulchre qui vient de terminer son échauffement prend le relais. « Quand on arrive en ville » est le nom de cette quatrième étape du DecaMara Trail. Cette étape commence avec une légère descente sur les 10 premiers kilomètres. En quittant les rives de la Dendre, le coureur doit affronter un dénivelé de 50 mètres sur un demi-kilomètre. Après avoir suivi la ligne de chemins de fer, François-Nicolas arrive à la gare d’Enghien dans un décor citadin.

À cette gare on retrouve Amélie Houpert sur les starting-blocks. La coureuse s’apprête à survoler cette cinquième étape, « C’est arrivé près de chez nous » de la gare d’Enghien à celle de Waterloo. Les 10 premiers kilomètres sont un jeu d’enfant pour Amélie, c’est en arrivant à la Senne et au Canal Bruxelles-Charleroi que la réelle difficulté commence avec une montée de plus de 100 mètres de dénivelé. Son parcours se termine dans les beaux quartiers de Waterloo.

À Waterloo, Amélie donne le flambeau à Jean-Louis Peters-Dickie pour la sixième étape « Chez les chics ». Le début de cette étape se déroule dans les quartiers chics de Waterloo pendant 5 km. 5 km plus loin on retrouve les quartiers chics de la Hulpe pendant 10 km et après dans le quartier chic de Tombeek. D’où le nom « Chez les chics ». Après avoir dépassé 2-3 Porsches, le coureur passe par un parc industriel pour terminer sa course à Sint-Joris-Weert.

Dans cette petite ville de 11.000 habitants, Ken Geerinck est prêt à parcourir ses 42,2 km dans cette septième étape « La campagne du brabant ». Cette étape se déroule sur des chemins de terre dans les bois et entre les champs. Malheureusement pour Ken, il commence à pleuvoir vers 22h. Il doit donc courir dans l’obscurité et dans la boue. Malgré la météo belge qu’on aime tant, Ken arrive à Ezemaal et reçoit un chocolat chaud bien mérité !

À Ezemaal, Ken laisse sa place à Victor Aguirre. L’étape 8 est assez similaire à celle d’avant. « La campagne de Liège » est également remplie de chemins de terre et de gravier avec parsi par là des chemins d’asphalte. De temps en temps Victor s’approche de certains villages tels que Racour, Cras-Avernas ou Crenwick. C’est finalement dans les champs que le coureur passe le relais, au pied d’une dizaine d’éoliennes.

L’avant-dernier relais de ce DecaMara Trail est nommé « Les sanglots longs de La Meuse » et commence le long d’une nationale à Oreye. Léopold Hossey entame cette neuvième étape avec son joli t-shirt jaune. Il commence avec le calme des longues routes étroites asphaltées qu’il suivra pendant 15 km. Cette route pourrait devenir monotone, mais une descente vers la vallée de la Geer apporte un peu de piment. Dans les 10-15 derniers kilomètres, le parcours retrouve sa monotonie.

Après cette étape impressionnante, Léopold encourage Augustin Bossaert pour clôturer ce DecaMara Trail. La dixième et dernière étape, « La perle liégeoise », commence avec un parcours en bord de Meuse pendant 10 km. Il arrive ensuite dans une zone à lourd passé industriel. 5 km plus tard le vrai challenge commence, Augustin fait face à des dénivelés impressionnants. 15 km d’une altitude de 100 à 300 et au 38 -ème km une autre côte de 70 mètres de dénivelé.

À son arrivée, l’équipe acclame le dernier coureur et profite en suite d’un bon repas (et d’une bonne bière pour certains).

BRAVO et MERCI à toutes les personnes qui ont participé à ce challenge : organisateurs, coureurs, cyclistes, motivateurs, conducteurs de la camionnette, personnes présentes le long du parcours pour ravitailler ou encourager les coureurs, … !

MERCI également à tous les donateurs qui ont rempli la cagnotte !

MERCI à Taoufik, membre du CA de Teach for Belgium qui a créé la toute nouvelle plateforme de crowdfunding « Setya » qui a hébergé la collecte de fonds du DecaMara Trail !

On se retrouve tous l’année prochaine ?

Vous avez aimé cet article? Partagez-le

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp